Désavouer un lien sous Google : Un outil attendu… et de nombreuses zones grises

Voici une nouvelle qui fera plaisir à plusieurs spécialistes SEO, spécialement ceux ayant été punis par la mise à jour du pingouin, ou encore les autres craignant d’êtres victimes de SEO négatif.  À titre de rappel, nous discutions sur ce blogue des dangers reliés au SEO négatif, et de la facilité avec laquelle nous pouvons nuire au positionnement d’un concurrent. Voilà deux jours, Google annonçait la mise en ligne d’un outil servant à désavouer un/des liens entrants pointant vers votre site, et auxquels vous ne voulez pas être associés. Google utilisera ensuite vos suggestions pour possiblement supprimer la valeur négative de ces liens, donc soit enlever votre punition, ou en prévenir une éventuelle. Il s’agit donc d’un outil intéressant pour les webmestres victimes de la mise à jour du pingouin et pénalisés pour un profil de liens entrants douteux. D’autres seront simplement rassurés que cet outil existe, dans le cas où ils deviendraient une cible de leurs concurrents. Cependant, malgré le fait que cette annonce viendra tempérer le vent de panique soufflant sur l’industrie depuis la mise à jour du pingouin, l’outil pour désavouer un lien vient peut-être régler un problème, cependant entre les mauvaises mains, peut se révéler un outil dévastateur. Puisque le SEO est rarement, peut-être jamais une science exacte, cet article présentera cette nouvelle fonctionnalité de Google, avant de discuter des zones grises entourant l’outil.

Comment fonctionne l’outil

Premièrement, il est important de mentionner que l’outil est aveugle à votre situation. Cela veut dire que vous pouvez jouer à l’innocent et l’utiliser pour désavouer un lien que vous avez vous même acquis dans votre stratégie. Bien sûr, Google espère que cette fonctionnalité sera plutôt utilisée pour renier un lien dont vous ignorez la provenance. L’outil est très facile d’utilisation. Simplement accéder au lien suivant, ce qui vous amènera à la page suivante : Ensuite, vous devez confirmer que vous comprenez les ramifications de votre démarche avant de continuer : Finalement,  vous pouvez sélectionner le fichier texte sur votre ordinateur qui contiendra les informations sur les liens que vous voulez désavouer. Voici un exemple de la forme du fichier .TXT et des informations qu’il doit contenir :  # Contacted owner of spamdomain1.com on 7/1/2012 to  # ask for link removal but got no response domain:spamdomain1.com # Owner of spamdomain2.com removed most links, but missed these http://www.spamdomain2.com/contentA.html http://www.spamdomain2.com/contentB.html http://www.spamdomain2.com/contentC.html –       Le # désigne un commentaire du créateur du fichier, pouvant être utilisé pour garder des notes sur un lien ou domaine en particulier. –       Vous pouvez désavouer un site au complet avec la formule « domain :siteweb.com ». Utile si vous avez plusieurs liens sur un site Internet que vous souhaitez bloquer au complet. –       Vous pouvez également ajouter une page spécifique, en indiquant tout simplement l’adresse. Maintenant, Google n’autorise qu’un seul fichier .TXT en tout temps dans votre compte, ce qui signifie que vous devrez télécharger le ficher en question afin de le modifier, si vous désirez ajouter des liens.

Un outil à utiliser avec attention !

L’un des plus grands dangers de cet outil est bien sûr de désavouer un lien que vous pensez nuisible, cependant qui pourrait au contraire être bénéfique à votre positionnement. Autrement dit l’outil se retourne contre vous, et au lieu d’améliorer votre crédibilité aux yeux de Google en supprimant un lien douteux, vous vous rendez compte que ce lien, aussi louche qu’il soit, aidait à votre visibilité naturelle. Vous avez donc reculé dans votre stratégie SEO, et Google a supprimé un lien qui vous aidait artificiellement. Vous avez perdu, et Google gagne. Voilà pourquoi que Matt Cutts, en bon joueur, mentionne dans sa vidéo à plusieurs reprises (6?) que l’outil est pour le power user, soit celui qui sait exactement ce qu’il fait. De plus, Matt Cutts mentionne que l’outil devrait être utilisé uniquement si vous avez reçu une alerte de Google vous mentionnant que votre profil de liens entrants est sous enquête. Donc gardez l’œil ouvert sur votre profil de liens entrants, remarquez les anomalies. Cependant avant de courir vers l’outil, tentez d’analyser si ce lien est susceptible de vous aider ou de vous nuire. Personnellement, j’attendrais de recevoir la fameuse alerte de Google, cependant je comprends que d’autres webmestres seront un peu plus nerveux et voudront agir rapidement si un lien négatif se pointe dans leur profil.

Les zones grises entourant l’outil

Cela dit, autant que l’outil est une addition intéressante pour gérer la réputation de nos sites et par le fait même maximise notre visibilité sous Google, autant que de nombreuses interrogations sont soulevées suite à son annonce. Par exemple, voici quelques questions soulevées à travers des discussions avec plusieurs de mes confrères, la poussière maintenant retombée : – Disons que j’identifie un domaine puissant faisant un lien vers mon concurrent. Que se passe-t-il si je décide d’acheter des liens sur ce domaine puissant et que je les fais pointer vers des sites de basse qualité? Est-ce que mon concurrent désavouera ce domaine par peur d’être associé à du spam, ce qui lui enlèvera une de ses sources importante? – Sur le même sujet, est-ce que je peux me partir un nouveau site web, travailler fort pour répliquer le plus possible les liens entrants de mes concurrents afin de les faire pointer vers mon site, pour ensuite intentionnellement les désavouer, dans l’espoir que les liens dénoncés ne compterons plus également pour le concurrent ? – Finalement, imaginons qu’un webmestre junior en pleine panique se met à désavouer toutes sortes de liens à gauche et à droite, et que parmi ces liens, on y retrouve une page qui pointe vers mon site. Maintenant, imaginons que le domaine est d’une grande qualité, simplement le junior en question n’a pas bien su l’évaluer. En plus de perdre un lien crédible, est-ce que mon site tombe sur une « watch list » de Google ? Cette dernière question me fait actuellement frémir. Si un site puni par Google décide de renier tous ses liens avec l’espoir de repartir à zéro, puis-je également être entraîné dans la chute si nous avons un lien en commun ? Il ne fait aucun doute que Google utilisera cette base de données générée à même les spécialistes SEO pour raffiner sa mise à jour du pingouin, dont l’objectif est de repérer les sites employant des stratégies de liens entrants contraires à ses critères. Il est encore beaucoup trop tôt pour déterminer si l’outil sera efficace pour la communauté, cependant à première vue il semble être à double-tranchant. En conclusion, n’aurait-il pas été plus simple de seulement ne pas accorder de valeur aux liens de mauvaise qualité ? La prochaine mise à jour du pingouin risque de faire mal…

Vous avez apprécié cet article ?

Inscrivez­-vous à l’infolettre DCHQ afin de recevoir en primeur les derniers articles de ce blogue.

1 Comment

  1. Bonjour
    En vérifiant mes backlinks avec backlinkwatch je me suis aperçu que j avais des liens morts j ai commencé à demander que ceux ci soit désavoué ..
    faut t il désavouer les liens morts ,je viens de refondre totalement mon site web en utilisant l HTML 5 et le css3 et je revois un peu mon Seo ..

    Répondre

Laissez un commentaire