Le succès de la stratégie SEO de Twitter ? Miser sur les hashtags

Nous avons développé l’habitude de regarder les communautés pour exactement ce qu’elles sont, soit des plateformes d’échanges entre utilisateurs animés par les mêmes intérêts, ainsi que des lieux où des nouveaux contenus sont continuellement découverts et partagés. Ces mêmes médias sociaux sont devenus des lieux de prédilection pour les stratèges, en quête de nouveaux abonnés ou de contenus partagés.

Voilà pourquoi il est rafraîchissant, voir légèrement surprenant d’entendre Twitter parler de sa propre stratégie SEO, et de découvrir en détail les stratégies utilisées par le numéro #2 du social en terme d’acquisition de visiteurs organiques.

En effet, lors d’un évènement de presse tenu il y a quelques jours, le CEO de Twitter annonçait que Twitter avait réussi un important fait d’armes concernant sa stratégie SEO.

Durant la présentation, M. Costello déclare que le réseau social a augmenté de 10x le nombre de visiteurs organiques non connectés, passant de 7,5 millions de visiteurs par mois à 75 millions. Comment ? Principalement en travaillant les pages dédiées aux résultats de recherche de #hashtag (mot-clic ou mot-dièse), et en assurant que celles-ci puissent obtenir une bonne visibilité naturelle.

Grâce à SEMRush, on constate d’ailleurs la montée fulgurante de Twitter.com au niveau de son trafic organique :

semrush

On observe la hausse du trafic depuis 2014, surtout depuis mai/juin de cette année, soit la même période que M. Costello dit avoir déployé des efforts SEO au niveau des pages de hashtags.

En fait, si vous allez sur Google maintenant et lancez une recherche avec uniquement un hashtag, il y a de très fortes chances que vous tombez sur une page appartenant à Twitter, quel que soit le sujet utilisé. Google répertorie d’ailleurs plus de 33 millions de pages appartenant à un mot dièse :

 google site twitter

Devant le succès remporté par la stratégie SEO de Twitter, il ne faut surtout pas se surprendre que le géant social refuse de dévoiler les détails de celle-ci. Le passé nous a appris à maintes reprises qu’il peut être dangereux de se vanter publiquement lorsqu’on éprouve du succès.

Cela dit, on peut toujours mettre notre chapeau, qu’il soit noir ou blanc, et creuser un peu dans les données historiques concernant le référencement de Twitter.com, et ainsi tenter de déceler exactement la nature des changements appliqués.

Indice #1 – Une nouvelle structure de page hashtags

Nous savons déjà que les pages regroupant les différents hashtags de Twitter sont responsables de cette hausse vertigineuse.

Or, fait intéressant, il apparaît que ces pages sont tout simplement “apparues” en ligne lors de l’été 2014, soit entre mai et août de cette année. Exemple à l’appui, en utilisant le respecté et vénéré Archive Way Back Machine.

Exemple #1 – https://twitter.com/hashtag/socialmedia

archive #social media

Exemple #2 – https://twitter.com/hashtag/seo

archive #seo

Exemple #3 – https://twitter.com/hashtag/football

 archive #footbal

En fait, je n’ai réussi qu’à trouver une seule page de hashtag sur Twitter dont l’indexation remonte à avant 2014, soit celle de Nascar, qui avait justement été utilisée pour démontrer le nouveau modèle de page hashtag en 2012 :

nascar

Et sur Archive :

archive nascar

Pour les autres, on ne retrouve aucune mention pré-2014, ce qui me laisse perplexe, puisqu’après tout, les hashtags font partie du paysage de Twitter depuis de nombreuses années. En fouillant un peu, on se rend compte que si les hashtags existaient bel et bien avant 2014, celles-ci avaient un format de contenu entièrement différent.

En effet, les pages de hashtag étaient simplement un résultat de recherche, comme celui-ci http://twitter.com/#!/search/#egypt, ou encore https://twitter.com/#!/search/#apple?q=apple, donc des résultats du moteur de recherche, dans un format beaucoup moins “SEO friendly” que le nouveau modèle actuel. Comment ai-je fait pour retrouver l’ancien format des URL de pages hashtag ? Simplement en visitant d’anciens articles en ligne, par exemple celui-ci, ou celui-ci, ou encore cet article, qui démontrent que l’ancien modèle des pages de hashtag est en réalité un résultat de recherche. Du moins, c’est le modèle qui semble le plus appliqué par les rédacteurs de tous blogues confondus lorsque vient le temps de mentionner un #hashtag dans un article.

Ainsi, Twitter semble avoir conçu un nouveau format de page de hashtag, soit une URL dédiée, qui rassemble les 20 derniers tweets liés au hashtag.

En résumé :

Ancien modèle :

https://twitter.com/#!/search?q=%23seo, ou encore https://twitter.com/search?q=%23socialmedia

Nouveau modèle :

https://twitter.com/hashtag/seo ou encore https://twitter.com/hashtag/socialmedia

Le fait de posséder une URL statique est bien sûr un avantage pour le SEO, mais personnellement je ne crois pas que cela soit suffisant pour expliquer le succès de la stratégie SEO de Twitter.

Poursuivons pour voir si nous pouvons découvrir d’autres indices.

Indice #2 – Les pages statiques attirent déjà des liens

Lorsque l’on désire analyser une stratégie SEO en profondeur, il est inévitable de s’attarder au profil de liens entrants du site en question.

Dans le cas de Twitter, en analysant le profil de liens entrants des nouvelles pages statiques de hashtags, on remarque que celles-ci ont rapidement généré des liens entrants en provenance d’une variété de sites en ligne, ce qui aide bien sûr le référencement individuel de ces pages.

Voici quelques exemples :

https://twitter.com/hashtag/seo :

 ahrefs seo

https://twitter.com/hashtag/love

 ahrefs love

Et même le fameux #FF pour Follow Friday (https://twitter.com/hashtag/ff) :

ahrefs ff

Et je pourrais vous donner des centaines, voir des milliers d’autres exemples.

Alors qu’est-ce l’on remarque ? À part le fait que les pages de #hashtag ont toutes commencé à gagner des liens au même moment, soit le printemps/été 2014, date où on assume leurs mises en ligne, et bien ces pages reçoivent toutes des liens de qualité.

Bien sûr, tout stratège SEO connaît l’importance de diversifier les pages d’un site qui reçoivent des liens entrants externes, afin d’éviter que ceux-ci pointent uniquement vers la page d’accueil. Il s’agit sans aucun doute de l’un des challenges SEO les plus difficiles, et c’est pourquoi Google voit d’un bon oeil les sites dont les liens entrants sont répartis à un grand nombre de pages secondaires.

Dans le cas de Twitter, les liens semblent naturels, donc aucune trace de manipulation. Les URL statiques ont donc fort probablement facilité le fait de faire un lien vers ces pages, au lieu de bêtement faire un lien vers un résultat de recherche. Du moins, c’est mon opinion.

Donc nous avons jusqu’à maintenant les deux éléments suivants pour expliquer le succès SEO de Twitter :

1- des pages statiques riches sur un hashtag précis

2- des liens entrants variés et éditoriaux pointant vers ces mêmes pages, ce qui diversifie le profil de liens entrants de Twitter.com et soulève la visibilité des pages internes.

Pouvons-nous encore trouver autre chose ?

Indice #3 – Le robot.txt modifié pour faciliter l’indexation des pages hashtag

Tel que mentionné plus haut, le site Wayback Machine Way Back Machine est un outil de premier plan pour le stratège SEO qui désire étudier l’historique d’un site.

Donc, lorsque l’on compare le fichier robots.txt, est les directives qui indiquent aux moteurs de recherche quelles sections de contenu ces derniers peuvent ou ne doivent pas archiver, on remarque que le 24 février 2014, Twitter a discrètement modifié son fichier Robots.txt en ajoutant une ligne spécialement pour l’indexation des pages de hashtag.

Le fichier Robots.txt en date du 18 novembre :

robots txt avant

Le fichier Robots.txt en date du 24 février :

robots txt apres

Avez-vous vu la différence ? :-)

Sinon la voici, directement dans le fichier Robots.txt d’aujourd’hui : robots txt apres-2

Ainsi, probablement dans le but de faciliter son indexation, Twitter “force” les moteurs de recherche, dans l’exemple Google, à prendre note des pages de hashtags. Cette action ayant été posée dans le but de favoriser l’indexation, on peut donc déduire que Twitter connaissait le fait que les pages de recherches étaient moins facilement indexables (d’ailleurs on trouve plusieurs mentions de résultats de recherche bloquées dans le fichier robots.txt!)

Donc encore une fois, impossible de clamer haut et fort que le fait d’ajouter une ligne au robots.txt a contribué largement au succès SEO de Twitter, mais ce sont tous des indices qui pointent dans le même sens.

Les revoici :

1- des pages statiques riches sur un hashtag précis

2- des liens entrants variés et éditoriaux pointant vers ces mêmes pages, ce qui diversifie le profil de liens entrants de Twitter.com et soulève la visibilité des pages internes.

3 – un format de fichier facilement indexable, spécifié à même le robots.txt.

Je ne sais pas pour vous, mais dans le pire des cas, ce sont trois changements qui lorsque qu’additionnés, peuvent faire une grande différence SEO pas uniquement dans le cas de Twitter, mais pour la plupart des sites Internet.

Ce qui nous amène à la conclusion de cet article.

En conclusion – ce qu’il faut retenir

J’ai eu passablement de plaisir à rédiger cet article, alors que j’adore étudier de près les stratégies SEO à succès mises en place par des stratèges créatifs travaillant au sein de grandes entreprises et/ou agences, et ainsi m’inspirer pour mes propres tactiques.

Voici ce que je retiens de cette analyse de la stratégie de Twitter :

1- Si vous pensez “perdre” du trafic dû à une mauvaise organisation de votre contenu, n’hésitez pas à restructurer celui-ci afin de consolider votre équité. Twitter a réalisé que les pages de recherches ne facilitaient en aucun point sa visibilité naturelle, et a donc construit des pages statiques pour remédier à ce problème.

2- Leçon très évidente, les utilisateurs, blogueurs et autres créateurs de contenus seront toujours plus enclins à faire un lien vers une page comportant une URL propre, et non un résultat de recherche en soi.

3- Finalement, un test qui serait intéressant à faire; n’hésitez pas à optimiser votre fichier robots.txt pour assurer que les pages importantes de votre site y sont directement spécifiées.

De mon côté, il s’agit d’un test que je ferai au courant des prochaines semaines.

En espérant que vous avez apprécié cet article, comme d’habitude n’hésitez pas à laisser vos commentaires.

Vous avez apprécié cet article ?

Inscrivez­-vous à l’infolettre DCHQ afin de recevoir en primeur les derniers articles de ce blogue.

Laissez un commentaire