Twitter et Politique : 6 conseils pour le politicien actif sous Twitter

Les gens qui me connaissent savent à quel point j’aime Montréal. Voilà pourquoi je suis autant découragé suite à l’année de misère qu’a connue la ville, en passant par les interminables scandales de corruption qui secouent la métropole, les problèmes criants d’infrastructures et bien sans sûr sans oublier un maire par intérim (!) qui fait face à 14 chefs d’accusation. Bref, on peut dire que les médias ont eu passablement de contenus à se mettre sous la dent pour remplir leurs temps d’antenne. Heureusement, tout n’est pas négatif à l’horizon. Malgré l’état de la situation, de nombreuses personnalités ont signifié leur intérêt de briguer la mairie de la ville lors des prochaines élections en septembre, et on ne peut qu’admirer leur courage devant l’ampleur de la tâche à accomplir. Évidemment, l’un des défis importants d’une campagne électorale est bien sûr d’utiliser les médias à bon escient pour faire connaître ses idées, et ainsi entretenir l’interaction avec le grand public.  Et qu’on le veuille ou non, Twitter est devenu un outil de premier plan pour accomplir ces deux objectifs. Dans le but de contribuer à ma modeste façon à l’amélioration de ma ville, voici 6 conseils aux politiciens de Montréal et de partout dans le monde, pour récolter du succès sur Twitter dans le cadre d’une campagne électorale :

Conseil #1 : Réaliser que votre compte sera épié en permanence

Premièrement, il est extrêmement important de savoir que votre compte, et par le fait même vos tweets, sera surveillé en permanence à plusieurs niveaux :
  • Les citoyens, qui liront chacun de vos tweets pour se faire une idée des vôtres.
  • Les médias, qui sont maintenant tous présents sur Twitter, et à l’affût des derniers commentaires à jour des candidats pour remplir leurs contenus.
  •  Les concurrents, qui n’attendent que le moindre faux pas pour en faire un cas.
Chacun de vos tweets devra être rédigé avec attention, et être absolument pertinent avec la mission derrière votre utilisation de votre profil. Avant d’envoyer votre prochain Tweet, prenez le temps de vérifier une deuxième fois si votre commentaire est pertinent, concis et non susceptible d’avoir plusieurs interprétations. Chaque tweet sera analysé et disséqué, à vous d’assurer une constante qualité de vos interventions.

Conseil #2 : Vous êtes responsable du contenu que vous partagez : vérifiez vos sources

Malheureusement, peu d’utilisateurs Twitter réalisent qu’ils ont une responsabilité en tant que membre de la communauté, soit celui d’assurer la pertinence du contenu qu’ils partagent. De nombreux utilisateurs (moi inclut) sont déjà tombés dans le piège de vouloir être l’un des premiers à partager une nouvelle d’importance, pour simplement de se rendre compte par après que ladite nouvelle n’était même pas valide. Donc, avant de tweeter un lien ou reprendre un tweet d’un abonné, toujours vérifiez vos sources. Conseil rapide : Si jamais vous vous faites prendre avec un Tweet que vous regrettez, résistez à la tentation de le supprimer. On peut pardonner un tweet mal placé, mais un tweet supprimé pourrait encore bien faire plus parler.

Conseil #3 : Utilisez Vine pour démontrer vos actions sur le terrain

L’un des objectifs d’un politicien sur Twitter est bien sûr d’engager le dialogue avec son électorat, mais aussi de démontrer les actions entreprises en campagne ou en mandat.  L’application vidéo Vine sur Twitter devient alors un superbe outil pour engager ses lecteurs et leur faire voir les résultats que vous générez. Voici deux exemples de politiciens utilisant Vine pour promouvoir ses actions : Un politicien qui reçoit une classe d’étudiants pour leur faire visiter l’hôtel de ville :   Et deuxièmement, le politicien californien Mark Takano qu’on voit ici à l’oeuvre lors d’une journée typique : Un bénéfice secondaire en votre faveur sera d’avoir pu démontrer que vous utilisez et maîtrisez les dernières technologies, tout en faisant la promotion de vos actions.

Conseil #4 : Twitter est rarement le reflet exact de la société

Nous savons déjà que les utilisateurs Twitter peuvent se révéler très volatiles, capables de changer d’opinion le temps d’un tweet et d’émettre des commentaires sur le coup de l’impulsion, sans avoir pris la peine d’y réfléchir. Donc, cher politicien, ne vous inquiétez pas si vous avez l’impression d’être continuellement sous attaque et que la majorité des échanges ont une tournure négative. D’ailleurs, le think thank Américain a conclu une étude que les opinions et sentiments recensés sur Twitter sont très souvent à l’opposé des résultats réels. En voici une preuve : On voit ici fort bien l’état de la contradiction dans l’opinion publique ainsi que celle sur Twitter.  De plus, voici une autre constatation importante du rapport de PEW : « The analysis showed an overwhelming majority (77%) of post-election Twitter comments about the outcome were positive about Obama’s victory while just 23% were negative. But a survey of voters in the days following the election found more mixed reactions to the election outcome: 52% said they were happy about Obama’s reelection while 45% were unhappy. » Comme quoi que les opinions peuvent changer rapidement J Donc, prenez les opinions et sondages Twitter avec un grain de sel, ceux-ci sont souvent loin de la réalité.

Conseil #5 : Gérer les questions et échanges avec professionnalisme

En établissant une présence sur Twitter, le politicien s’expose ainsi au grand public, et aux nombreuses questions/commentaires de tout genre qui vont inévitablement suivre. Cela dit, l’un des plus grands dangers est de tomber dans le panneau d’un message de provocation d’un utilisateur aux opinions divergentes, et ainsi risquer de perdre la face dans un éventuel « Tweet  fight » où vous serez l’unique perdant. Le chef de la CAQ François Legault en sait d’ailleurs quelque chose. Il est donc très important de conserver son calme en tout temps, quitte à ne pas répondre à toutes les questions fusant dans votre direction. Puisqu’il est important de démontrer votre ouverture d’esprit et proximité avec votre public, vous pouvez répondre aux questions difficiles par courriel et/ou discussion téléphonique. En répondant à votre interlocuteur Twitter que vous êtes disposé à prendre ses commentaires et répondre par écrit et/ou de vive voix par courriel/téléphone, votre image sera celle du politicien à l’écoute de ses concitoyens. D’ailleurs, qui a le goût de se lancer dans un débat en étant limité 140 caractères à la fois ? Conseil rapide : Renforcer votre crédibilité en re-tweetant vos critiques, démontrant ainsi votre entière confiance en vos moyens, et habilités à prendre la critique de façon constructive.

Conseil #6 : Profiter de Twitter pour démonter un côté humain

Finalement, n’hésitez pas à profiter de Twitter pour démontrer votre côté personnel. N’ayez pas peur de parler de vos activités en famille, de vos réflexions personnelles, votre travail et amis etc. Bref, utilisez Twitter pour non seulement faire connaître votre plateforme, mais aussi pour que vos utilisateurs puissent découvrir la personne derrière le politicien. Twitter n’est pas un outil pour se forger une fausse image, mais bien pour échanger de façon rapprochée avec les autres utilisateurs.  À vous d’utiliser cet avantage démontrer vos valeurs et qualités humaines ;-)

En terminant :

Voici les profils Twitter des candidats à la mairie de Montréal, afin d’observer et suivre comment ils se débrouilleront en vue de la prochaine élection : Denis Coderre Mélanie Joly Marcel Côté (ouch..compte suspendu ? ) Richard Bergeron Louise Harel Bonne campagne à tous !    

Vous avez apprécié cet article ?

Inscrivez­-vous à l’infolettre DCHQ afin de recevoir en primeur les derniers articles de ce blogue.