8 leçons importantes apprises durant ma carrière en agence

Il s’agit d’un article que je songe à écrire depuis longtemps, mais que pour une multitude de raisons, je ne cesse de repousser à plus tard. Pourtant, je suis d’avis qu’il peut se révéler non seulement utile pour les nombreux stratèges SEO ambitieux qui lisent ce blogue, mais également tous professionnels du Web qui vise une carrière fructueuse au sein d’une agence numérique.

Mais avant de s’aventurer plus loin, un rapide retour sur mon parcours professionnel, pour ceux qui ne me connaissent pas personnellement.

J’ai la chance de travailler depuis 2011 pour une agence Web de premier plan nommée Absolunet, l’une des plus grandes boîtes Web du Canada. Auparavant, je possédais ma propre agence purement SEO intitulée DNCOM, fondée en 2006 et acquise en 2011 par Absolunet. Étant très nichée sur l’expertise SEO, une grande partie de la clientèle de DNCOM ont été des agences traditionnelles marketing, qui m’ont ainsi donné l’opportunité d’appliquer mes connaissances sur des comptes de très grandes entreprises, ainsi qu’à apprendre les rudiments de collaborer en équipe, autant du côté de l’agence que celui du client.

Pour ceux gravitant dans le monde des agences, vous savez tout comme moi qu’il s’agit d’une industrie qui ne manque pas de personnalité, où des fois l’égo peut se révéler supérieur à la moyenne ;-)

Suite à une réflexion sur mon parcours, voici 8 leçons que je retiens de mon expérience en agence, qui m’ont grandement été bénéfiques. J’espère que celles-ci pourront avoir le même impact pour certains des lecteurs de ce blogue, quel que soit votre champ d’expertise.

Leçon #1 : Comprendre la business et les objectifs d’affaires du client

Un premier conseil qui paraît très évident en surface, mais qui est souvent oublié voir ignoré, la plupart du temps à cause d’un manque d’expérience. Lorsque vous débutez un nouveau mandat, que ce soit en agence ou à titre de consultant, il est absolument vital de prendre le temps de connaître le modèle d’affaires du client, ses objectifs, les contraintes et aspirations, bref, connaître l’entreprise du client aussi bien que si c’était la vôtre.

Une erreur que j’ai souvent répétée à mes débuts fut de tenter d’appliquer la même stratégie à succès à bon nombre de clients, sans connaître les réalités d’affaires distinctives de ceux-ci. J’ai senti que je commençais à récolter du succès dans ma carrière quand j’ai pris le temps de définir en premier lieu de façon très claire les objectifs du client. Ensuite, uniquement lorsqu’on sent qu’on connaît aussi bien qu’on le pourrait l’entreprise et son fonctionnement, que l’on peut réfléchir à définir une stratégie de marketing digital qui répondra aux attentes.

Leçon #2 : Pour survivre, il faut apprendre à communiquer très clairement les résultats

Ce conseil est fort simple : si vous désirez avoir une longue carrière dans le monde du marketing digital, vous devez apprendre à communiquer de façon très claire les résultats que vous générez, que ce soit votre client ou patron.

En continuant sur la lancée du point #1, votre rôle à titre de stratège et/ou consultant est de générer des résultats et d’atteindre les objectifs du projet. Si vous réussissez à cet égard, il ne faut pas assumer que tout le monde remarquera automatiquement l’impact de votre travail. Il s’agit de votre responsabilité de communiquer les résultats que vous générez.

Que ce soit verbalement à travers les réunions d’équipe ou les rapports de statistiques, pratiquez-vous à définir de façon très claire le résultat de votre travail, par exemple l’augmentation du trafic a généré une hausse de X des conversions, ou votre publicité Adwords possède un ROAS de X % et +. Bref, identifiez les KPI des projets en cours, viser à les atteindre, et ensuite, à les communiquer chaque fois que se présente l’occasion.

Les clients ainsi que votre patron veulent des résultats. C’est à vous de les communiquer le plus clairement possible.

Leçon #3 : Développer une patience à toute épreuve, et demeurer humble

Ceux qui me connaissent savent que j’ai une personnalité plutôt calme, qui s’énerve rarement et qui garde son énergie pour les situations que je contrôle. Cependant, il m’est arrivé de perdre patience avec des programmeurs à de nombreuses reprises en réalisant qu’un nouveau site mis en ligne comporte des lacunes vis-à-vis des éléments de base du SEO.

Ma frustration provient surtout du fait que j’ai l’impression de sans cesse me répéter, et que les éléments que je communique ne sont pas retenus, même si chaque fois je finis par me dire “Ca y est, je crois que cette fois ils ont compris”.

Et non, malheureusement, avoir le rôle du stratège SEO en agence requiert une patience à toute épreuve. Il faut répéter plusieurs fois, faire confiance, mais vérifier tout de même si les conseils sont suivis, et repasser une autre fois avant la mise en ligne. Et vous savez quoi ? Ce n’est pas plus grave que cela, car au fil du temps je me suis rendu compte que je devenais également une source de frustration de leur côté, ignorant certains enjeux de designs ou de programmation pour uniquement me concentrer sur les pratiques SEO. Chaque projet est différent, et le SEO n’a pas automatiquement le même niveau de priorité sur tous les projets.

Donc, c’est une erreur de penser que votre expertise doit primer sur tout le reste, et que les programmeurs doivent d’abord et avant tout appliquer vos recommandations SEO. Il faut plutôt être humble et reconnaître que certains projets ne sont pas obligés d’êtres des bêtes de courses SEO, surtout si la visibilité naturelle n’est pas un objectif, ou encore si le budget ne le permet pas.

Leçon #4 : Éviter de travailler en silo

Il s’agit d’un challenge que rencontrent toutes les agences, Web ou traditionnelles, et devant lequel il faut être fortement vigilant. Je parle du danger de travailler en “silo”, c’est-à-dire que chaque intervenant travaille dans son coin de bureau, sans créer une synergie avec les autres expertises impliquées dans un projet. L’exemple le plus fréquent est peut-être celui où le spécialiste SEO ne prend pas le temps de rencontrer les autres acteurs du projet, que ce soit le gestionnaire de communauté, responsable du marketing ou même un confrère d’une même équipe.

Le pire dans tout ça, est que cet isolement de l’information est souvent causé de façon volontaire. On veut paraître comme la superstar aux yeux du patron et/ou du client, donc on garde pour soi-même toute information de qualité, pour uniquement la dévoiler au moment opportun où on obtiendra le maximum de bénéfice personnel. On choisit donc de limiter le potentiel de croissance du projet en ne partageant pas les renseignements avec les autres expertises, ce qui nuit à l’équipe au complet, et au final, ne vous aide pas à conserver le mandat ou le compte très longtemps.

Je crois personnellement que l’on passe tous à un certain moment par ce genre d’état d’esprit, où nous sommes prêts à tout pour gravir les échelons. Oui il est important d’avoir de l’ambition, mais concentrez-vous à appliquer cette énergie au sein de votre équipe afin de la rendre meilleure. Partagez l’information, développez les connaissances de vos coéquipiers et n’hésitez pas à faire passer l’équipe avant vous. Ce sont à mon avis les réelles qualités d’un leader, et la clé pour vous démarquer et obtenir les appuis de ceux qui vous entourent.

Leçon #5 : Savoir créer du contenu est un atout

Ce conseil n’est pas obligatoire ni essentiel, mais personnellement m’a grandement aidé dans ma carrière. En cette ère digitale, l’art de savoir créer du contenu est définitivement un atout dans votre poche, car nous sommes tous agglutinés sur nos appareils intelligents en train de consommer du contenu : un blogue que nous suivons de près, une infolettre qui résume les nouvelles importantes de la semaine, une étude sur un sujet d’actualité. Les exemples ne manquent pas, et pourtant, on en veut toujours plus.

Il y aura toujours des beaux parleurs dans la plupart des industries, cependant les rédacteurs de qualité sont monnaie beaucoup moins courante. Ceux-ci sont pourtant capables de s’accaparer l’attention de leurs lecteurs de tout genre confondus, que ce soit de leurs pairs et semblables, de clients potentiels, ou même d’autres responsables en agence qui auront remarqué votre créativité et s’intéresseront à votre profil.

Bref, prenez le temps d’écrire pour le blogue de votre agence, ou encore le vôtre, ou pourquoi pas les deux. Ensuite, assurez-vous de partager le contenu et viser pour la plus grande visibilité possible. Bien sûr, la rédaction de contenu est un art qui se perfectionne avec la pratique, donc il ne faut pas douter en ses capacités, seulement tenter de s’améliorer à tout coup.

On dit souvent que les paroles s’envolent, mais les écrits demeurent, et à mon avis, c’est encore plus vrai dans le cas du digital.

Leçon #6 : Tester la théorie avec votre propre site

Vous savez déjà que vous ne pouvez pas croire tout ce qu’on raconte en ligne, que ce soit les blogueurs en quête de célébrité, ou encore Google qui tentent par tous les moyens de faire respecter son propre code de conduite. Vous devez vous construire votre propre opinion, faire vos propres tests, tester les théories et analyser les répercussions.

Ce n’est pas facile d’être un stratège SEO en agence, alors qu’il n’existe pas de règles absolues sur les facteurs qui donneront un avantage concurrentiel à votre client au sein des résultats de recherche. Voilà pourquoi je vous recommande très fortement de lancer en parallèle un, préférablement deux, voir trois sites que vous pourrez utiliser comme laboratoire d’essai sur les pratiques et astuces SEO qui fonctionnent présentement.

De plus, en découvrant par vous-mêmes des techniques qui ont du succès, ou encore en déconstruisant des théories qui au final ne font aucun sens, vous grandirez en confiance, et serez plus à l’aise dans vos conseils clients. Et ce n’est pas comme si la mise en ligne d’un site est compliquée ou coûteuse, alors que les options gratuites ou a faibles frais sont ultra-nombreuses en ligne. On achète un nom de domaine, on y installe WordPress avec quelques articles, et vous serez en ligne avant même que votre iPhone signale le début d’une nouvelle journée.

Bien sûr, puisqu’il s’agit de votre propre site, rien ne vous empêche de tester les stratégies à fond, question de savoir où se situent réellement les limites de Google ;-)

Leçon #7 : Comprendre les rôles des différents intervenants

L’un des avantages de travailler en agence est l’absence de routine, alors que l’on travaille continuellement sur des nouveaux mandats. Cependant, ce flot de nouveau travail peut se révéler un bon challenge, car nous devons à chaque fois découvrir l’entreprise du client, ses attentes et objectifs, sans oublier l’équipe du côté client avec qui nous travaillerons. Il est donc très important de prendre le temps d’analyser le rôle de chaque intervenant sur le projet, et identifier leurs responsabilités précises dans cette collaboration. Ainsi, on vise à savoir ce que vous devez faire (et ne pas faire) pour immédiatement placer ces gens de votre côté. On ne parle pas ici de manipuler les perceptions, mais plutôt de respecter les expertises, et surtout, veiller à les faire bien paraîtres tout au long du projet.

Exemple, vous savez déjà que le propriétaire de l’entreprise demande des résultats mesurables, et comment le nouveau site Internet lui générera des nouveaux revenus, ou lui en fera économiser. Il s’agit donc du type de discours que vous devrez utiliser en sa présence. Le coordonnateur marketing du client, quant à lui/elle, cherche à voir ses idées reconnues et adoptées, cherchant à obtenir l’appréciation du patron. Vous pouvez donc l’aider à bonifier ses idées, et mentionner devant toute l’équipe la qualité de ses initiatives.

Bref, prenez le temps de réfléchir aux enjeux individuels de chacun des intervenants du projet, et leurs attentes et responsabilités spécifiques. Vous pourrez donc éviter de froisser des égos, et ainsi assurer l’entière collaboration de tous au succès du projet.

Leçon #8 : Ne jamais cesser d’apprendre

Finalement, le meilleur conseil pour la fin. Quelle que soit votre expertise au niveau du marketing numérique, il ne faut jamais cesser d’apprendre. Demeurez curieux, posez des questions à vos clients, impliquez vous avec votre équipe, lisez les annonces de Google, bref, cultivez votre esprit ainsi que votre esprit critique, et testez vos idées sur vos propres sites.

Les clients veulent des idées fraîches, des conseils sur les tendances du moment, et c’est votre responsabilité de maîtriser dans un premier lieu les dernières nouveautés, mais aussi de savoir les vulgariser. Dans notre métier qui évolue sans cesse, le jour où tu cesses d’apprendre est celui où tu commences à devenir impertinent.

En espérant que ces conseils vous seront utiles pour devenir un meilleur stratège en agence ;-)

Vous avez apprécié cet article ?

Inscrivez­-vous à l’infolettre DCHQ afin de recevoir en primeur les derniers articles de ce blogue.

4 Comments

  1. Il est tout à fait primordial de « Savoir créer du contenu ». Il sagit même d’un atout ». Il a été dit que le contenu est roi dans le monde du web. C’est l’un des principaux éléments d’un site internet qu’il ne faut pas négliger. C’est pour cela qu’il faut consacrer beaucoup de temps aux rédactions web pour que les textes présents sur le site soient de bonne qualité tant sur leurs formes que sur leurs contenus.

    Répondre
  2. Bravo David pour cet article! Je me suis en accord avec tous les points que tu as mentionnés.

    Répondre

Laissez un commentaire