Quand Google décide de spammer le web pour promouvoir son produit

La plupart d’entre nous utilisent quotidiennement un, voir plusieurs produits Google, que ce soit Gmail, Google Analytics, ou même le moteur de recherche. Pourtant, malgré l’ingéniosité derrière la conception de ses produits dont nous sommes accrocs, il peut arriver à Google de manquer son coup, et de fermer un outil qui récolte moins de succès que prévu. Cependant, avant lancer la serviette, on peut s’attendre à ce que Google utilise son immense pouvoir d’influence pour tenter de le rendre populaire de force (Hum, Google+?). Google Helpouts est un excellent exemple de ce genre de produits qui tarde à connaître du succès, mais que Google s’entête par tous les moyens à faire adopter. Pour les lecteurs qui ne sont pas au courant de cette plateforme, Google Helpouts est une communauté regroupant des experts autoproclamés sur des sujets précis, exemple le jardinage, la cuisine, le marketing, etc., moyennant un tarif variable (exemple 2$ par minute), il est possible de s’inscrire à une formation prodiguée par cet expert, via Google Hangouts. Loin d’être en reste, Google conserve une prime de 20% sur chaque transaction faite sur Helplouts. Quelques exemples : Est-ce que le divorce est bon pour vous ?  google-helpouts-1 Comment optimiser votre page LinkedIn: google-helpouts-2 Comment allaiter : google-helpouts-3 Malgré toute la bonne volonté de Google, le succès de Helpouts se fait toujours attendre. En effet, Google Helpouts demeure à ce jour très peu connu et utilisé, et sa popularité tarde à décoller, comme le prouve Google Trends : google-helpouts-4 Les raisons pour cette impopularité peuvent être nombreuses : faible perception de la qualité, technologie instable, ou encore le fait que l’on retrouve déjà une tonne d’info gratuite et similaire sur YouTube. Peu importe les raisons, ce ne sont pas celles-ci qui nous intéressent. Car c’est plutôt jusqu’où Google est prêt à aller pour tenter de promouvoir un produit décevant, quitte à spammer le propre web dont il clame haut et fort en être le justicier.

Google est désespéré

Le confrère Aaron Wall a partagé la semaine dernière un exemple de courriel qu’il a reçu en provenance d’un membre de la communauté Helpouts. google-helpouts-5 Ici, nous avons un membre qui spam les boîtes courriels en invitant les lecteurs à s’inscrire à Helpouts, en échange d’une prime de référence. Lorsque l’on connaît la position très controversée de Google concernant les sites d’affiliation, on est en droit de se poser des questions. Également, autre exemple d’un abus de pouvoir, Google n’hésite pas à insérer un encadré très visible directement dans ses résultats de recherche, tout juste avant le premier résultat organique. google-helpouts-7 Finalement, le compte Twitter de Google Helpouts est un autre exemple d’une stratégie complètement désespérée. Le compte était presque inactif il y a deux mois, cependant s’est complètement réanimé il y a quelques semaines, avec une cadence allant de deux tweets à la minute. On parle ici de 800 Tweets par jour (!), donc très clairement un faux compte automatisé. google-helpouts-8 La tactique est simple: interpeller via Twitter chaque utilisateur aux prises avec un quelconque questionnement: google-helpouts-tweet-2 google-helpouts-tweet-1 Clairement, à en juger par la réaction de certains utilisateurs, cette approche non sollicitée n’est pas toujours très appréciée : google-helpouts-tweet-3 google-helpouts-tweet-4 google-helpouts-9

Mener par l’exemple

À mon avis, cette situation entache l’image de Google, qui se targue de mettre tous les moyens en oeuvre pour éliminer le spam sur le web. Dans un récent vidéo, Matt Cutts se permet même de faire la morale en demandant aux webmestres de faire attention à la réputation de leur entreprise sur le web, et d’uniquement faire appel à la qualité dans toutes leurs initiatives marketing en ligne. Est-ce que la stratégie de promotion de Google Helpouts tel que démontré dans cet article représente un modèle du comportement à adopter en ligne ? Après toutes les mises à jour que Google nous met dans les pattes, afin de purifier la recherche en ligne et de privilégier les sites émérites, cette campagne de promotion m’apparaît comme un cas de deux poids, deux mesures.

En terminant

Finalement, il est quand même ironique de constater que malgré tous ces efforts de promotions douteuses et désirant à tout prix accueillir de nouveaux membres sur sa communauté, Google est conséquent envers un de ses plus importants principes : empêcher les SEO de récolter du succès sous son moteur de recherche. En effet, il semble qu’il est impossible de s’inscrire sur Google Helpouts à titre d’expert SEO. Quant à lui, le titre d’expert AdWords passe très bien sans problèmes. Au moins, Google est conséquent envers lui-même sur ce dernier point ;-)

Vous avez apprécié cet article ?

Inscrivez­-vous à l’infolettre DCHQ afin de recevoir en primeur les derniers articles de ce blogue.

12 Comments

  1. Super article :)
    Toujours amusant de voir comment Google tend à devenir de plus en plus « evil ». « Don’t be evil » qu’ils disaient…
    Hop, RT sur Twitter.

    Répondre
  2. hello David

    ça semble intéressant, et on voit ce service chez d’autres (Yahoo Question&Answer par exemple).
    Je m’y étais intéressé il y a 1 an quand ça a fait du buzz mais impossible de s’inscrire (du moins depuis la France). Ça a évolué ou pas ?

    Répondre
  3. Belle découverte! Je n’ai jamais vu de Google Hangouts dans les SERP affiché de cette manière, pouvez-vous partager un exemple de requête?

    Répondre
    • Je ne pourrais pas dire du côté FR, mais en AN, je n’ai qu’à chercher pour de l’aide sur un sujet banal, exemple Excel, et il n’est pas rare de voir un résultat pointant vers un Hangout.

      Répondre
  4. « Cette boîte faisant la promotion de Helpouts est clairement une publicité, mais cette fois-ci, Google ne le mentionne pas explicitement. »

    Il est marqué SPONSORED dans le cadre…

    Répondre
  5. Effectivement, marrant de voir ce genre de mesure lorsque la plupart de ces actions sont décriées dans le discours officiel au nom de l’expérience utilisateur.

    Pour le coup il est clair que le lancement outre-Atlantique n’a clairement pas eu l’impact souhaité, et en l’état, avec une traduction de l’interface mais des propositions de prestations en anglais, ça ne risque pas de prendre plus ici.

    Répondre
  6. Ah oui j’avais vu passer ce service et totalement oublié son existence.
    Du coup, j’ai presque envie de tester/troller pour voir comment ça marche quand on demande de l’aide sur un sujet particulier.
    Bien vu le compte Twitter. Bel exemple de ce qu’il ne faut exactement pas faire !
    Pour l’incrustation dans les SERPS, on peut dire qu’il fait ce qu’il veut chez lui, mais bon ça pousse fort quand même.

    Répondre
    • Salut Laurent, merci du commentaire :-) En effet, ce qui m’énèrve, c’est de constater comment Google peut promouvoir de façon ultra-agressive ses propres produits, alors que les webmestres doivent constamment jouer sur les talons. Comme tu dis, on fait ce qu’on veut quand on est sur ses propres terres..

      Répondre

Laissez un commentaire