Rolex.com : un exemple concret d’une stratégie SEO réussie

Malgré les nombreux bouleversements qu’a connus l’industrie SEO au courant des dernières années, un fait demeure : les liens entrants sont toujours à ce jour l’un des principaux facteurs influents de l’algorithme naturel de Google. Et ce, malgré tous les efforts de Google de tenter de dissuader les spécialistes de s’engager dans des activités de liens entrants.

Cela dit, le réel danger de nos jours est bel et bien d’acquérir des liens entrants via des tactiques pouvant apparaître douteuses aux yeux de Google. Dans les bonnes vieilles années, on pouvait, en toute quiétude, se payer une poignée de liens à fort PR, et s’écraser dans son fauteuil préféré en attendant au lendemain pour voir l’impact escompté. Bien sûr, on peut toujours en 2014 tenter de répliquer les mêmes stratégies. Celles-ci peuvent toujours fonctionner, mais le facteur risque est beaucoup, beaucoup plus élevé.

C’est pourquoi il faut faire preuve de créativité dans nos stratégies de liens entrants, et tenter de trouver une façon d’utiliser les acquis de son site pour obtenir des mentions. Le contenu textuel est bien sûr l’arme de prédilection de cette ère, cependant lorsqu’on prend le temps de réfléchir à ce que nous avons réellement à offrir, les opportunités se multiplient comme par magie.

Aujourd’hui dans cet article visant à inspirer les stratèges parfois en manque d’idées pour obtenir leurs prochains liens entrants, nous analyserons un exemple très concret sur comment une entreprise très reconnue a su miser sur ses forces pour contribuer au rayonnement de ses partenaires, tout en gagnant ces fameux liens par la même occasion.

Le widget de Rolex.com : Soigneusement réfléchi

Lorsqu’on parle d’un widget, on réfère aux applications que l’on peut ajouter sur son site, qui diffuse ensuite automatiquement de l’information.

Comme nombreuses autres tactiques de liens entrants ayant jadis prouvé son utilité, la stratégie du widget a été déclarée à haut risque par Google, mentionnant que l’unique objectif derrière la tête des créateurs de ces applications/plug-ins en ligne est d’aller chercher des liens entrants. Un bon exemple d’un widget utilisé pour générer des liens est celui de GoDaddy, qui à travers un simple bouton de compagnie, cachait un lien optimisé à l’insu du propriétaire du site. Cette tactique qui utilise la tromperie est justement ce que tente de punir Google, et on peut leur donner raison.

Cela dit, ce n’est pas chaque stratégie de widget qui doit être automatiquement jeté à la poubelle. Celle-ci peut encore fonctionner, du moment où le widget répond à un réel besoin, sans dissimulation ou tromperie.

Rolex.com est justement un exemple parfait d’une stratégie de widget réussie. Dernièrement, j’étais en train de réaliser un benchmark SEO lorsque j’ai remarqué le widget suivant dans le coin supérieur de la page :

rolex-1

Les mordus de golf reconnaissent sûrement le site du tour européen, soit un site continuellement mis à jour en ce qui a trait aux activités du golf professionnel sur le vieux continent.

Dans l’encadré ici haut, on remarque un joli widget de Rolex qui sert à afficher l’heure courante de la zone du visiteur. Et bien sûr, ce widget est installé à toutes les pages du site, et contient un lien cliquable dirigeant vers la page d’accueil de Rolex.com.  Au total, on parle de plus de 273,000 liens entrants provenant d’un seul site au PR 7.

Ce placement n’est pas une très grande surprise en soi, puisque Rolex est l’un des partenaires majeurs du tour européen, et il est donc normal que l’entreprise reçoive une visibilité en échange.

De plus, en analysant de près le profil de liens entrants de Rolex.com, on remarque que la même stratégie est déployée à de nombreux autres partenaires, tels que :

Anaivanovic.com

rolex-2

Ou encore Sailing.org :

rolex-3

 Au total, uniquement avec ces trois exemples, on parle d’environ 425,000 liens entrants, et mon analyse ne comprenait que ces trois sites. Au cumulatif, c’est un profil de 2,9 millions de liens entrants pour Rolex.com.

Et du côté de la visibilité naturelle du site Rolex.com, SEMRush nous démontre que le trafic organique ne cesse de s’améliorer depuis les 4 dernières années.

 rolex-4

Même s’il est impossible, voir imprudent de penser que le widget ici haut est le seul responsable de ce succès SEO, on peut tout de même penser que ces liens entrants d’une aussi grande qualité ne peuvent qu’aider la crédibilité du site.

Pourquoi Rolex est à l’abri d’une éventuelle pénalité

La réelle beauté de la stratégie de widget de Rolex.com est que l’entreprise a réussie là où plusieurs se sont fait prendre, notamment GoDaddy, est que le widget génère une réelle valeur pour les visiteurs du site, soit l’affichage de l’heure de façon personnalisée. Cela peut sembler très anodin en cette ère technologie très avancée du Web, mais il s’agit tout de même d’une touche destinée à rehausser l’expérience offerte en ligne.

De plus, les liens contenus dans le widget ne sont pas suroptimisés, c’est-à-dire qu’il contient uniquement des ancres comprenant le nom de la compagnie, soit “Rolex” ou “logo Rolex”. On est donc très loin du “keyword stuffing”.

Finalement, il s’agit d’une amélioration nette du modèle traditionnel d’échange de liens entre partenaires, où on insère simplement le lien dans le footer d’un site, sans trop de délicatesse.

Si vous êtes pour recevoir un lien de chaque page du site de votre partenaire, vous devez absolument trouver une façon de mériter cette visibilité, sinon Google pourra penser que vous avez simplement payé pour le lien et qu’il s’agit d’une manipulation qui n’aura nécessité aucune créativité.

Comment appliquer à votre stratégie

Nous avons tous des partenaires en ligne avec qui nous échangeons, ou aimerions échanger des liens entrants pour le bénéfice mutuel des deux sites.

Au lieu du simple modèle d’échanger un lien pur et dur, prenez le temps de penser à la valeur que vous pouvez offrir à vos partenaires en ligne, par le biais d’un échange de contenu, d’une application ou de visibilité ? Lorsque l’on prend le temps de penser aux forces de votre entreprise, au branding que vous voulez promouvoir et des réels bénéfices que vous désirez transmettre à votre clientèle, les opportunités deviennent soudainement nombreuses.

En espérant que cet article saura inspirer vos stratégies de liens entrants :-)

Vous avez apprécié cet article ?

Inscrivez­-vous à l’infolettre DCHQ afin de recevoir en primeur les derniers articles de ce blogue.

8 Comments

  1. Pour moi une stratégie SEO réussie comprend la maîtrise de sa caisse de résonance. De ce côté là c’est un énorme fail car on trouve des marchands de fausses montres simplement en tapant le nom de la marque.

    Répondre
    • Merci Laurent pour le commentaire, je comprends ton point, d’un autre côté est-ce réaliste de penser que tu pourras arriver à contrôler le flot de répliques sur le Web ? Je suis sûr qu’ils investissent déjà pas mal d’efforts de ce côté. Google devrait également en faire plus pour filtrer la contrebande.

      Répondre
  2. C’est widget sont en flash, pas de liens HTML. Alors pour le SEO, on peut en discuter très longtemps. Je pense que ce points là n’est absolument pas réfléchie coté SEO, mais bien plus coté visibilité.

    Par contre, ils ont bien des liens sur les deux sites que tu indiques, mais ils proviennent d’images ou d’ancre brandée qu’on retrouve sur la HP et ailleurs, rubrique partenaire.

    Répondre
    • Très bien vu, et j’avais également remarqué. Si les liens peuvent êtres découverts et repérés par des outils d’analyses de liens tels que Ahrefs ou Majestic, je suis convaincu que Google peut également les calculer.

      Merci pour la remarque pertinente.

      Répondre
  3. Salut,

    Merci pour le partage de cette tactique, c’est très instructif.

    Un peu différent, je peste en ce moment contre les liens en exact match situé dans la navigation et la partie supérieure de la page, sous prétexte de partenariat justement.

    Le lien est bien sûr légitime pour l’utilisateur, que ce soit ce petit gadget, qui fait songer au widget météo qu’on voyait fleurir sur les sites il y a des années de ça, ou un élément de navigation pertinent pour conduire l’utilisateur vers la destination connue.

    Mais ce type d’échange ou de partenariat envoyant des masses incommensurables de liens optimisés ou non vers un site, c’est de la publicité d’une part, me semble-t-il et de l’optimisation SEO d’autre part?

    Ex: J’ai deux gros bons sites, l’un ayant pour niche le jeux vidéo console, l’autre PC, je mets dans la navigation de chaque site un lien: Jeux vidéo console / jeux vidéo PC. Même si, disons que des filtres s’appliquent pour diminuer la force de ces liens (lien sur tout le site en provenance d’un seul domaine), le résultat semble toujours une domination dans les SERP et la transmission de beaucoup PR.
    Il me semble qu’en théorie de tels liens devraient être en nofollow, si on suit les fameuses directives.

    Dans le cas de ce widget, qu’est-ce qui le différencie d’une publicité?

    Une publité peut-être drôle, utile, divertissante, elle reste à vocation promotionnelle et théoriquement publicité = nofollow?

    Je trouve le discours de Google, pour ce qu’on glane sur le compte Youtube Google Webmaster Tools, très flou sur cette question des liens qui ne sont pas masqués (pied de page, ou autre) mais bien présents dans la navigation principale d’un site. Et je trouve cette pratique très répandue.

    Il me semble ça donne une puissance aux grands groupes disposant de nombreuses plateformes, qu’il est très difficile de combattre quand on leur fait concurrence.

    D’un côté on montre du doigt les infâmes PBNs de l’autre on laisse faire quantité de grands groupes se connectant grassement entre eux et même si le nofollow devient de plus en plus la norme, le contraire participe grandement à leur monopôle sur les pages de résultats de recherche à mon humble avis, malgré le discours qui tend à nous faire croire que la puissance des liens diminue.

    Plus loin, on est dans une tactique, qui peut être potentiellement condamnée à terme par Google puisque la pratique publicitaire ou partenariale, soit : commercial, commanditaire, échange de bons procédés est sur le fil du rasoir, qu’en penses-tu?

    Répondre
  4. Bonjour David,

    Je suis un lecteur assidu de votre blog, c’est un vrai plaisir de voir des articles de fonds comme celui-ci.

    L’étude est intéressante (surtout sur des gros sites), mais je me pose la question de la réalisation d’une telle stratégie sur un site site d’une « taille » (BLs, taille, ancienneté, mentions…) beaucoup plus réduite.

    Peut-on se permettre ce type de liens en masse (j’ai vu aussi des liens sitewide images en footer), même à travers un widget, sans risquer de se prendre une claque de Google ? 273k liens, c’est pas rien…en sitewide en plus… Et même si l’ancre est la marque.

    Quand je regarde le profil de liens de Rollex, au niveau des ancres, je trouve ça assez clean (90% des ancres à la volée sur du brand), ça doit leur donner les reins solides pour éviter des pénalités.

    Bonne continuation :)

    Répondre
  5. Cet article m’inspire une seule chose : les grandes marques peuvent se permettre des tactiques hallucinantes niveau référencement. Si les petites entreprises faisaient de même, elles se feraient exploser par Google ! Plus on monte en gamme niveau PR, plus on peut faire n’importe quoi…

    Répondre

Laissez un commentaire