L’index de Google devient mobile : ce que vous devez savoir

Il semble que l’une des plus fortes rumeurs du SEO des 12 derniers mois soit finalement confirmée.

En effet, Google annonce que son index deviendra « mobile en priorité »,  c’est-à-dire que Google évalue en priorité la version mobile des pages web de votre site pour analyser leur potentiel SEO. Si vous n’avez pas de version mobile de vos pages, Google se tournera alors vers vos pages desktop.  

Cette nouvelle est d’autant plus logique alors que Google annonçait dans le même communiqué que les recherches sur mobiles déclassent maintenant les recherches sur desktop. Cette annonce prouve ainsi l’intention de Google à mieux servir sa clientèle sur mobile.

Un changement majeur d’algorithme… et attendu

Cette annonce est un changement majeur quant à la façon que l’algorithme de Google fonctionne. En ce moment, Google analyse la version desktop d’une page pour évaluer son potentiel SEO, sans considérer la version mobile de cette même page.

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, cela veut dire que présentement vous pouvez avoir deux contenus complètement différents sur desktop et mobile, sans que Google le sache. Par exemple, vous pourriez avoir une page desktop parlant du prochain film de James Bond, alors que la version mobile de cette même page peut contenir un contenu totalement différent, par exemple un contenu pour adulte, ou n’importe quel autre sujet que vous voulez…

Bien entendu, Google mentionne ne pas avoir remarqué de cas où un site faisait preuve de cloaking pour ainsi dissimuler du contenu selon le type d’appareil, mais dans tous les cas, il s’agissait certainement d’une faiblesse de son algorithme.

Certains spécialistes SEO (comme votre illustre serviteur) prévoyaient ce changement depuis longtemps. Bien sûr, à cause du fait que Google désire par dessus tout s’accaparer le marché mobile, mais aussi, car son algorithme mobile possédait plusieurs faiblesses.

Il s’agit sans nul doute d’un changement important pour vos stratégies SEO, et ce à plusieurs niveaux. Afin de vous aider à vous préparer à ce changement, voici 6 éléments à savoir concernant ce changement de cap.

#1 – Rien à craindre si vous êtes déjà responsive, mais les sites aux URL uniques seront touchés

Tel que Google l’annonce, si vous avez un site dont les contenus et balisages sont les mêmes sur desktop et mobile, par exemple avec une configuration responsive ou dynamique, vous n’avez rien à craindre, ce changement ne s’adresse pas à vous.

Par contre, la situation est différente si vous avez un site possédant des URL uniques pour le contenu mobile. Vous avez en effet du pain sur la planche avant le changement d’algorithme.

Entre autres :

–  Assurez-vous d’utiliser les mêmes données structurées (rich snippet) pour vos versions desktop et mobile, afin d’aider Google dans la compréhension de votre contenu. Il est de notoriété connue que de nombreux webmestres préfèrent éviter les données enrichies sur leurs pages mobiles, afin d’en alléger le chargement. Maintenant avec un index mobile, il faut revoir cette façon de penser.

–  La base : vérifiez que votre site mobile est accessible aux robots d’exploration, notamment à travers le fichier robots.txt

–  Utilisez les balises link rel=”alternate” et link rel=”canonical” pour aider Google à faire le lien entre vos contenus desktop et mobiles.  Cette recommandation provient de Google même.

–  Inscrivez votre site mobile sous Google Search Console afin d’être alerté de tout problème en lien avec l’indexation de votre site.

Donc si vous avez un site dont les contenus mobiles possèdent leurs propres URL, par exemple un sous domaine “m.site.com”, vous avez du travail à faire avant l’arrivée du nouvel algorithme.

#2 – Attention aux liens entrants si vous avez des URL mobiles uniques

Un point intéressant à découvrir sera comment Google interprétera les liens entrants pointant vers la version mobile d’un site, maintenant que son index sera « mobile en premier ».

En effet, la très forte majorité des liens entrants pointent vers les versions desktop des sites Internet. Si vous avez un site mobile avec des URL différentes, donc ne récoltant probablement pas de liens, vous aurez un problème si Google décide de traiter ces URL en priorité.

Évidemment, cela est un problème uniquement si votre site mobile réside sur une URL unique (ex. m.site.com), car les sites responsives/dynamiques utilisent les mêmes URL, consolidant ainsi les acquis de liens entrants. Par contre pour les sites mobiles à URL uniques, ce seul argument vaut à mon avis la peine de faire la transition vers le modèle responsive.

#3 – Assurez-vous d’avoir le même contenu sur vos pages desktop et mobile

Un point très important : si pour une raison quelconque vous affichez un contenu différent sur mobile que sur desktop, votre visibilité organique sera à risque une fois l’arrivée du nouvel algorithme.

Par exemple de nombreux webmestres, dans un souci de simplifier l’expérience, coupe dans le contenu affiché sur appareil mobile. Cela ne cause pas de problème au point de vue SEO, car présentement, Google analyse en priorité le contenu sur desktop.

Mais la situation changera bientôt. Si Google analyse dorénavant en premier lieu vos contenus mobiles, et que ceux-ci sont moins riches en contenus que vos pages desktop, et bien vous risquez tout simplement de perdre les bénéfices acquis à l’aide de vos pages desktop.

Donc, il est recommandé d’assurer que vos contenus sur mobile sont au minimum l’équivalent de vos contenus desktop présentement, dans l’optique de ne pas perdre des plumes lorsque Google traitera vos contenus mobiles en priorité.

Un audit de vos contenus sur mobile est donc une recommandation pertinente d’ici l’arrivée du nouvel algorithme.

#4 – Prenez le temps de tester l’affichage de votre site sur mobile

Également, il devient critique de vous assurer que les robots d’exploration peuvent explorer vos contenus mobiles sans embûches.

fetch-as-google

L’outil « Explorer comme Google » sous Google Search Console est très efficace à cet égard, puisqu’il permet de visualiser une page comme si vous étiez un robot d’exploration. On peut ainsi voir si le contenu est accessible :

Simplement vous assurez que vous choisissez « mobile » comme outil de test, et vous connaitrez rapidement le potentiel d’exploration de vos contenus sur mobile.

#5 – La vitesse de chargement et l’expérience mobile

À l’exception de quelques particularités, les facteurs SEO sur desktop sont très similaires à ceux sur mobile. Le fait que l’algorithme de Google traite en priorité les contenus mobiles ne signifie donc pas que vous devez jeter votre stratégie par la fenêtre.

Par contre, deux éléments valent la peine d’êtres vérifiés, voire continuellement améliorés :

–  Votre expérience mobile est-elle adéquate, dans le sens que vous conservez vos visiteurs sur votre site sans aucune frustration ?  Même si Google mentionne que l’importance de ce facteur demeurera le même avec l’index mobile, c’est toujours un élément à analyser de près et à améliorer. L’outil https://testmysite.thinkwithgoogle.com est un bon point de départ pour analyser votre performance actuelle.

–  Votre temps de chargement est-il adéquat ? (Voir article précédent traitant de l’AMP). Je connais certains webmestres qui encore à ce jour optimisent en priorité le temps de chargement sur desktop, au lieu du mobile. Gageons que la vitesse sur mobile prendra encore plus d’importance au sein du prochain algorithme.

Ces deux éléments sont constamment martelés dans les annonces de Google, ce qui est un excellent indice sur le degré d’importance que Google leur accorde.

#6 – Revoir (et tester) vos balises titre  

Un changement qui sera intéressant à suivre est au niveau de l’optimisation des balises. On sait que Google testait tout récemment une balise titre à 78 caractères sur mobile, ce qui est environ 8 à 10 caractères de plus que la balise titre sur desktop (68 à 70).  Le fait que Google analysera les pages mobiles en priorité pourrait inciter les webmestres à revoir leurs balises et tenter de les optimiser au maximum afin de profiter de tout l’espace qui leur est accordé.

Par contre, on sait que les utilisateurs sur mobile ont généralement un objectif de recherche plus pressant, ce qui signifie qu’une balise titre raccourcie peut à l’opposé générer un meilleur taux de clic. C’est d’ailleurs la conclusion d’un récent test SEO réalisé par la boutique Etsy.com et partagé sur le blogue de l’entreprise.

Présentement, Google utilise l’optimisation de vos contenus desktop pour classer en même temps vos contenus mobile. La situation sera donc inversée dès le nouvel algorithme en place.

Dans tous les cas, cette nouvelle devrait nous inciter à revoir la façon dont nous optimisons les balises de nos pages sur mobile, de tester les différents modèles et ainsi chercher les pistes d’amélioration.

En terminant : pas de panique

Il est clair que cette nouvelle a fait couler beaucoup d’encre et que plusieurs webmestres sont inquiets vis-à-vis les potentielles perturbations à venir.  Pourtant, pour la majorité des sites Internet très peu, ne voit aucun changement sera perceptible, tel qu’assuré par Google. De toute façon, le mobile n’a rien de nouveau; à l’aube de 2017 nos sites devraient déjà être parfaitement optimisés pour l’expérience mobile.

Nous devrions déjà être en train d’optimiser nos pages mobiles sous les meilleurs critères.

Pour les sites avec URL uniques sur mobile, il est clair qu’à l’inverse ce changement vous touchera de plein fouet. Il s’agit probablement du meilleur temps pour changer votre structure en prévision du nouvel index. Inutile de paniquer, vous avez encore le temps, mais il s’agit peut-être de votre dernière chance.

Vous avez apprécié cet article ?

Inscrivez­-vous à l’infolettre DCHQ afin de recevoir en primeur les derniers articles de ce blogue.

2 Comments

  1. Très intéressant ce résumé. Je crois qu’il serait temps de mettre à jour mes sites WP avec un nouveau thème responsive!

    Répondre
    • Merci Cédric :-) En effet, je te conseille de passer à l’offensive dès maintenant. Tu as encore le temps, mais celui-ci passe vite ;-)

      Répondre

Laissez un commentaire

110 Shares
Share30
Tweet37
Share40
+13